Séduction, textos et amertume…

20170615_155523

On aurait pu le lire dans les feuilles de thé que Joseph ne voulait pas plus que pas grand chose avec Jolen. Mais bon, même si ce pas grand chose devenait de l’amitié ou une baise, pourquoi refuser de reprendre contact avec ce gars qu’elle a à peine connu il y a 5 ans? Laissons la vie faire ce qu’elle a à faire comme disait le grand… quelqu’un. C’est au travers d’échange de textos qu’ils finiront par se revoir, une fois, puis plusieurs. Au travers de leur téléphone cellulaire qu’ils se comprendront mutuellement avec leur humour curieux et leur façon de voir les choses unique. Mais c’est aussi au travers de cette relation à sens assez unique que Jolen va jouer au chat et à la souris avec Joseph, un gars qui ne lui dit même pas qu’il part en voyage, qui veut la peindre nue et qui l’appelle Minouche.

Je suis mitigée de ma lecture de Sauf que j’ai rien dit de Lily Pinsonneault. Je ne suis pas une grande lectrice de roman québécois, mais la couverture a accroché mon oeil et le résumé était mystérieux. Ça semblait être une histoire d’amour assez compliquée, un peu comme je les aime. En effet, la relation entre les protagonistes principaux était tout sauf banale et claire. Par contre, je ne sais pas si c’était ce qui se passait entre eux qui n’était pas clair, ou bien la façon dont c’était raconté. C’est le point de vue de Jolen que nous suivons au travers de ce petit roman, et elle se trouve dans une période de transition de sa vie où rien ne semble ordinaire.

J’ai bien aimé le fait que la jeune femme soit singulière en son genre. Ses raisonnement étaient comiques, bien que assez véridiques dans l’ère que nous sommes. (Ah je vais pas répondre toute suite, je vais répondre dans quatre jours, comme pour avoir l’air que je m’en fous) Ce que j’ai moins apprécié est vraiment la façon dont le récit a été écrit. J’avais l’impression de me faire envahir par des trucs qui ne veulent rien dire vraiment, mais en même temps, ça donnait un certain charme au livre, puisque Lily a une plume unique. Sauf que j’ai rien dit est le premier roman d’une jeune auteure qui me semble aussi sympathique que talentueuse!

Merci beaucoup à Québec Amérique pour la découverte d’une nouvelle auteure québécoise surprenante!

10636047_10152642680032299_5009252712335886738_n

-C

Advertisements

Une réflexion sur “Séduction, textos et amertume…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s